FFRandonnée Savoie

Itinérance

1 250 Km de sentiers dédiés à l’itinérance  en Savoie !

Retrouvez ici les TopoGuide qui permettent de découvrir la Savoie

 

Un itinéraire GR ® est un itinéraire de Grande Randonnée, en ligne ou en boucle, homologué par la FFRandonnée.

Il permet de découvrir, en randonnée itinérante, un territoire ou une région (qu’elle soit administrative, géographique, historique, culturelle ou autre). Lorsqu’il demeure au sein d’une même entité géographique, il peut être appelé GR® de Pays.

Les GR® et GR® de Pays sont des marques déposées de la FFRandonnée. Ainsi, la FFRandonnée Savoie est l'interlocuteur départemental incontournable pour tout ce qui concerne l'itinérance pédestre !

 

 

 

 

 

 

L’itinérance ne s’improvise pas ! Pour que votre aventure au long cours ne tourne pas au chemin de traverse, ne négligez pas la préparation de ce qui deviendra sans doute une expérience inoubliable.

Si contenance et confort sont les critères à privilégier pour l'achat d'un sac de randonnée (voir "Conseil : Quel sac de randonnée choisir ?"), c'est son poids total (une fois plein) et le bon sens qui doivent orienter le choix des affaires pour le remplir. En effet, un paquetage bouclé ne doit pas excéder 20% du poids du porteur pour ne pas éreinter cervicales ou lombaires en randonnée. Dans le cadre d'une itinérance, la bataille pour ce nombre d'or se gagne gramme par gramme, euro par euro également – l'équipement ultraléger est loin d'être accessible à toutes les bourses – mais aussi équipement par équipement, à judicieusement sélectionner. N'hésitez donc pas à placer chaque élément sur la balance pour mieux en apprécier le poids… et peut-être la futilité. Méfiez-vous des apparences : lorsque vous soupesez votre sac dans votre salon : il ne parait jamais bien lourd. Or la sensation est tout autre après 3h de marche sur un sentier en lacets en plein soleil !

Pour vous aider, considérez la liste suivante comme le nécessaire à emporter sur les sentiers pour une itinérance avec nuit sous un toit gardé (refuge, gîte d'étape, etc.). Il est valable aussi bien pour 3-4 jours que pour une semaine et plus, à ceci près que plus la durée s'allonge, plus les provisions de nourriture seront conséquentes.
 

Nécessaire à se mettre sur le dos

En itinérance, mieux vaut miser sur une petite lessive rapide régulière qu'accumuler le rechange… à moins que votre exigence en matière d'hygiène ou votre résistance aux odeurs corporelles ne pèsent dans la balance. Grosso modo, peuvent suffire :

- une paire de chaussure de randonnée

- deux t-shirts (voire trois)

- deux sous-vêtements (voire trois)

- deux paires de chaussettes (voire trois)

- un short ou bermuda

- un pantalon déperlant (pour le début et fin de saison, la fraicheur humide des matins, mais aussi celle du soir parfois)

- une veste fine type polaire en microfribres ou une doudoune légère (plus compacte et coupe-vent que la polaire) à troquer par des versions plus épaisses en mauvaise saison

- une veste imper-respirante et coupe-vent type hardshell

- un poncho ou cape de pluie

- un couvre-chef couvrant (évitez les casquettes standards)

- des lunettes de soleil

À noter que peuvent s'ajouter :

- un pantalon/leggings/collant si vous souhaitez plus de confort le soir

- un bonnet et des gants légers (pour la fraicheur des matins du début et fin de saison)

- un cache-cou léger (type Buff), pratique autant pour se protéger des frimas du matin et soir que du soleil en le mettant sur la tête.
 

Nécessaire pour la toilette de chat

Douche ou pas, un minimum s'impose pour préserver votre hygiène :

- une savonnette (d'Alep, de Marseille) dans une boîte étanche ou, mieux, un sac de congélation hermétique (type Ziploc), plus léger

- une brosse à dent et un échantillon de dentifrice

- une serviette en tissu microfibres (à séchage rapide)

- un peu de lessive biodégradable (dans un sac de congélation hermétique, type Ziploc)

- un petit rouleau de papier hygiénique ou, mieux, quelques paquets de mouchoirs en papier, plus polyvalents (pour se moucher, s'essuyer les mains ou autre, etc.) et compartimentés à l'abri de l'humidité. Bannissez les lingettes. Attention, une fois usagés, ne les laissez pas à Dame Nature mais emportez-les dans un sac poubelle ou brûlez-les si le milieu le permet.

- de la crème solaire

- quelques épingles à nourrice (pour faire sécher un vêtement en l'accrochant au sac pendant la marche, pour la réparation de fortune d'un vêtement…)

Peuvent compléter :

- un shampooing sec (pour les cheveux courts ou quelques jours, le savon fait l'affaire)

- quelques cotons tiges (lorsque l'itinérance dure, mais ils peuvent aussi être utiles pour désinfecter/nettoyer une zone sensible et précise)

-  un gant de toilette (utile pour la toilette de chat, pour y glisser la savonnette, pour soulager un coup de soleil ou un mal de tête en l'appliquant, mouillé d'eau fraîche, sur la peau, etc.).

 

Nécessaire pour le dodo

En considérant que l'établissement où vous créchez fournit matelas, oreiller et couverture ou couette*, vous n'avez besoin que d'un drap-housse ou sac à viande pour dormir.

Mais n'oubliez pas également votre frontale, accompagnée de piles/batterie de rechange ou d'un chargeur (si possible solaire, à installer sur le sac à dos pendant la marche en journée).
 

Partez bien équipé avec RandoPass

Nécessaire pour se sortir de mauvais pas

Concernant votre sécurité, minimisez les risques en glissant dans votre sac :

- la ou les carte(s) IGN au 1/25 000 de la zone parcourue (à l'abri de la pluie, dans un protège carte en plastique par exemple)

- une boussole et un altimètre (si possible) ou un GPS

- un sifflet (à moins que votre sac à dos en intègre un, sur l'attache pectorale des bretelles par exemple)

- un téléphone portable (pour appeler les secours si le réseau le permet)

- une couverture de survie.
 

Pour la bobologie, une petite trousse de secours est indispensable. Pour connaître le matériel sanitaire indispensable à y glisser, référez-vous au conseil MonGR suivant : https://www.mongr.fr/conseils/sequiper/la-trousse-de-secours-de-randonnee-l-indispensable

Suivent enfin quelques bricoles qui, pour quelques grammes, vous évitent bien des déconvenues :

- des bouchons d'oreille (si vous supportez mal les ronfleurs)

- une housse anti-pluie ou sur-sac à dos imperméable (pour éviter que votre sac finisse telle une éponge)

- une paire de lacets de chaussures

- du fil et une aiguille (pour rafistoler un vêtement, une boucle sur une chaussure qui lâche, etc.)

- quelques pastilles de traitements chimiques (de type Micropur®, Aquatabs®, Hydroclonazone®, etc.) ou une gourde filtrante (de type Lifestraw®, Katadyn®, Sawyer®, Aquaovo®…)

- une sangle (longue, pas forcément circulaire) de 3-4 m minimum (pour faire un baudrier de fortune et faciliter le portage d'un blessé, poser une main courante dans un névé un peu corsé en début de saison, etc.).

Partir seul, entre amis ou bien en groupe

Réussir son trek représente une merveilleuse victoire sur soi-même et génère une brassée de souvenirs qui vous accompagneront pour toujours. Dans ce cadre, avoir recours à un voyagiste spécialisé présente moult avantages : logistique, simplification des formalités, guide d’accompagnement, dynamique de groupe. Mais aussi quelques inconvénients : surcoût, contraintes imposées par la vie de groupe. Si vous hésitez encore entre l’individuel et le groupe, tenez aussi compte d’éléments qui pourraient éventuellement vous perturber : le manque de repères dans un environnement inconnu ; l’isolement à cause de la barrière de la langue ; l’inconfort de la vie « spartiate » (hébergements rudimentaires ou bivouac, sanitaires sommaires…) ; le changement d’habitudes alimentaires ; l’eau quelquefois peu engageante (bouillie, filtrée ou additionnée de pastilles désinfectantes), etc.

En tout état de cause, si la cohésion du groupe est un soutien considérable pour traverser une mauvaise passe, gardez à l’esprit qu’il vous faudra vous gérer vous-même.

>> Quiz : êtes-vous un expert de la rando itinérante ?

Avant tout engagement, une visite médicale s’impose

Votre médecin traitant évaluera votre forme physique, traitera les petits troubles qui pourraient vous handicaper pendant votre trek et contrôlera votre carnet de vaccinations. Si nécessaire, il vous prescrira également un traitement préventif contre le paludisme. Au demeurant, demandez-lui conseil pour le contenu de votre trousse de secours individuelle. Outre les médicaments habituels (en quantité calculée pour avoir une marge de sécurité), emportez des médicaments de confort - collyre, désinfectant intestinal, antibiotique à large spectre, pansements, etc. - et, pour un trek en altitude, un médicament de prévention et de traitement contre le mal aigu des montagnes (sans garantie d’y échapper). Enfin, n’oubliez pas de prendre un rendez-vous de contrôle chez votre dentiste avant d’embarquer.

Ça va la forme ?

Un trekking de durée et d’intensité moyenne est-il à votre portée ? Testez-vous ! Réalisez, sans être spécialement fatigué, un footing de 9 kilomètres en une heure ou 3 heures de montée avec une "verticalité" de 300 à 350 mètres par heure. Si le test n’est pas concluant et que vous en avez encore le temps, mettez-vous au vélo, au footing ou à la randonnée, si possible avec dénivelés.

Papiers, s’il vous plaît !

Préparez à l’avance : passeport, visas éventuels, carnet de vaccinations, cartes d’assurance et de rapatriement, moyens de paiement en quantité suffisante. Reste le problème des bagages : en fonction des conditions prévisibles du trek (climat, température, altitude, nature du terrain, maladies qui sévissent), prenez le temps de réfléchir à tout ce que vous allez devoir emporter sans dépasser la limite de poids autorisé et raisonnable. Informez-vous des restrictions des transporteurs aériens pour le poids et le contenu des bagages de cabine et de soute. Cela peut varier avec le temps.

Le comité recherche des bénévoles

Compagnons de Route 2021

 

 

INFO PATOUS


PARCHEMIN

 

 

SIGNALER UN PROBLEME

L'itinérance avec Mon GR

Ils nous soutiennent !